« Que ton aliment soit ton médicament »

Hippocrate

L’OMS considère la naturopathie comme la 3e médecine traditionnelle mondiale après les médecines ayurvédique et chinoise. Elle complète la médecine conventionnelle allopathique.

Qu’est-ce que la naturopathie?

Le mot naturopathie vient du latin NATURA et du grec PATHOS qui signifient étudier et supprimer le mal à l’aide des moyens que nous offre la nature ! Il vient également de deux mots anglais NATURE et PATH qui expriment la voie, le chemin de la santé à travers l’observation, l’étude et la pratique des lois naturelles.

Selon le Dr Guy Giraud, la naturopathie serait la médecine la plus ancienne et celle dont nous aurons le plus besoin dans les temps à venir !

La naturopathie est un système complet et cohérent qui mise avant tout sur la stimulation des mécanismes naturels d’auto- guérison de l’organisme. Les interventions du naturopathe visent en premier lieu à activer, nourrir et renforcer ces mécanismes plutôt qu’à soulager uniquement les symptômes ou à attaquer directement les agents pathogènes. Ces interventions se veulent aussi douces que possibles.

Déroulement des consultations
La première consultation dure environ 1h15. Elle permet de faire un bilan complet physique, émotionnel et énergétique. Il s’agit de la phase préparatoire (conseils alimentaires, adaptation au motif de consultation). Le nombre de consultations varie d’une personne à l’autre, mais il faut compter un minimum de 3 pour obtenir une satisfaction durable. La fréquence des consultations commence à 1 par mois pour ensuite s’espacer tous les 3 mois, puis tous les 6 mois, puis annuellement. 

Le traitement naturopathique  se déroule normalement en 3 temps.

  1. Une phase de désintoxication (nettoyage) .
  2. Une phase de revitalisation par l’alimentation pour regagner la vitalité perdue.
  3.  Une phase de stabilisation afin de trouver le bon équilibre des conditions de vie personnelles.

A savoir aussi que…        

Lorsque la force vitale se met en route, apparaissent certaines manifestations d’expulsion, nommée « crise curative ». Considérées par la médecine conventionnelle, comme des maladies, elles sont en fait des manifestations de la force vitale : écoulements (rhumes), toux (crachats), diarrhée (nettoyage des intestins), éruptions cutanées, transpiration (porte de sortie du « milieu intérieur » via la peau).

Il importe alors au naturopathe de bien évaluer la force vitale du patient : plus une personne est tonique, plus elle a de chance de s’auto-nettoyer énergiquement. Il faut alors des doses progressives et mesurées. Inversement, une énergie vitale plutôt faible nécessitera de passer d’abord par une cure de revitalisation avant la phase de désintoxication, afin que la personne puisse avoir les moyens de relancer le processus de guérison sans risquer d’y laisser des plumes.

La naturopathie est exigeante avec le patient !images-1

Elle lui demande d’intégrer le fait que la solution vient avant tout de lui-même !

Il faut progressivement adapter son alimentation, arrêter ou diminuer la cigarette et l’alcool qui affaiblissent considérablement le terrain, comprendre les raisons de ses échecs, écouter son corps, son cœur et son esprit, ne pas attendre la solution-miracle.

Si on est malade, ce n’est pas nécessairement la faute de l’environnement, du voisin tuberculeux, ou d’un mauvais médecin. Cela passe par une remise en question salutaire de ses modes de vie et de pensée.

De la persévérance dans le temps sera aussi bienvenue, car le naturopathe ne propose pas de pilule miracle, il remonte à la cause de la cause, ce qui peut prendre un peu de temps. Mais quelle satisfaction ensuite, dans la pratique d’une « santé durable » !